www.infovaccins.ch

 

 

 

object759811663

 90 131 large

La maladie
"Hépatite" signifie "inflammation du foie". Il existe plusieurs sortes d'hépatites infectieuses dues à des virus. L'hépatite A se répand par l'eau souillée et les aliments, elles est bénigne et son vaccin est évoqué dans la rubrique "autres maladies". L'hépatite B se transmet, comme le sida, par le sang et les contacts sexuels. L'usage de seringues souillées explique la fréquence de la maladie chez les toxicomanes. La majorité des personnes infectées s'immunise sans présenter de symptômes. Seul un tiers environ des cas présente une jaunisse accompagnée d'un état grippal qui peut être suivi d'un épuisement prolongé, mais 92% des hépatites B guérissent spontanément. Parmi les individus contaminés, 5% seront des porteurs chroniques sains et seuls 3% évolueront de manière active (hépatites chroniques agressives).

Ce vaccin n’est pas dirigé contre le cancer du col de l’utérus, mais contre un certain nombre de virus qui peuvent être associés à ce cancer.

Il semble établi que ce type de cancer n’existe pas en l’absence du virus, d’où l’affirmation que la pré­vention de l’infection chronique par le vaccin pré­vient le cancer qui y est associé.

Dans le monde, ce cancer serait en fréquence le deuxième des cancers de la femme après celui du sein. En réalité, 80 % des cas sont recensés dans les pays en voie de développement. Dans nos pays, grâce notamment aux contrôles de dépistage, ce cancer est de plus en plus rare et son pronostic bien amélioré. En Suisse, le cancer du col de l’utérus n’arrive qu’au 15e rang en fréquence et est en constante diminution. Moins de 80 femmes en meurent chaque année (soit au 21e rang en termes de mortalité).

Ajoutons que ce cancer touche avant tout les femmes âgées car entre le moment de l’infection par le papillomavirus et l’apparition d’un éventuel cancer, plusieurs décennies peuvent se passer, pen­dant lesquelles la muqueuse du col utérin se modi­fie. Le frottis gynécologique tous les deux à trois ans, fortement conseillé, permet de déceler ces modifications et d’agir avant qu’un cancer ne se développe.

Les papillomavirus ou virus HPV (Human Papilloma Virus) forment une famille qui comprend plus d’une centaine de membres parmi lesquels les virus responsables des verrues banales et des condy­lomes. La transmission s’effectue par la peau ou par voie sexuelle. Le virus fait rarement des lésions sur la verge de l’homme et, pour les deux sexes, l’infec­tion est indolore.

La maladie

Il s'agit d'une des maladies infectieuses parmi les plus bénignes. Presque tous les enfants contractent cette maladie et sont ainsi immunisés à vie. Pour justifier une vaccination contre cette maladie, il faudrait :

  1. Que le vaccin confère une immunité au moins aussi bonne que la maladie naturelle.

Ce qui n'est pas le cas : les études démontrent une efficacité du vaccin variant entre 56 et 90 % avec une diminution nette de l'immunité après trois ans. Comme après l'introduction d'autres vaccins contre des maladies infantiles, la question des rappels se posera inévitablement.

La maladie
La varicelle, causée par un virus de la famille des herpès, est la plus contagieuse des maladies d'enfance. Comme les autres, elle est transmise au travers de fines gouttelettes de salive, mais également par contact direct des lésions vésiculeuses de la peau. Après une incubation d'environ deux semaines, la maladie se manifeste par l'apparition de petites vésicules sur le tronc s'étendant rapidement à la tête, aux membres ainsi qu'aux muqueuses (bouche, vagin). Cette éruption est généralement accompagnée d'une fièvre modérée et d'intenses démangeaisons. De nouvelles vésicules peuvent survenir pendant une petite semaine et finissent par sécher en formant une croûte. Par la suite, le virus ne s'élimine pas, mais reste "dormant" dans les ganglions nerveux et peut se réactiver plusieurs années ou décennies après sous forme de zona.