www.infovaccins.ch

 

 

 

object759811663

 90 131 large

La maladie
Le pneumocoque est un hôte fréquent des voies respiratoires (environ 30% de porteurs sains). Il existe près de quatre-vingt-dix types de pneumocoques. Cette bactérie est responsable d'infections banales (pharyngites, otites, sinusites), mais aussi de maladies plus graves (pneumonies, septicémies, méningites). La rate joue un rôle important dans la défense de l'organisme contre ce germe. Les personnes qui ont subi une ablation de la rate suite à un accident ou une maladie ont un risque élevé d'infection grave due au pneumocoque. Cette vulnérabilité se retourve dans le sida et dans plusieurs affections chroniques des reins, des poumons ou du foie. Le traitement classique recourt aux antibiotiques; cependant la résistance croissante des pneumocoques rend ces affections plus difficiles à traiter.


Le vaccin
Noms de marque :
 Pneumovax®, Prevnar®.
Jusqu'à ces dernières années, il existait un vaccin constitué de vingt-trois souches proposé aux personnes adultes à risques.
Récemment, un nouveau vaccin constitué de sept souches est arrivé sur le marché. Il pourrait être proposé à tous les enfants, en association avec le vaccin combiné du nourrisson, selon le schéma habituel, soit à 2, 4 et 6 mois avec un rappel vers 2 ans. 
Ce que l'on ne vous dit généralement pas
Parmi les effets secondaires fréquents, on note des réactions inflammatoires au lieu d'injection, de la fièvre, des diarrhées, des vomissements, une perte d'appétit, des troubles du sommeil, une irritabilité et de la somnolence. Plus rarement, on observe l'apparition d'un asthme et de convulsions.
Aucune étude au long cours n'a été effectuée et la commercialisation récente de ce vaccin ne permet pas d'exclure des effets secondaires à plus long terme. L'efficacité de ce vaccin, semble bonne pour prévenir les septicémies et les méningites dues au méningocoque, mais la fréquence de ces affections étant faible, le risque de les contracter n'est que très peu diminué avec le vaccin.
Quant à l'efficacité du vaccin sur les otites dues au pneumocoque, elle est pratiquement nulle, ce qui n'empêche pas qu'il soit proposé comme "vaccin contre les otites"!
Nos recommandations
Le bénéfice d'un vaccin doit tenir compte de son efficacité, de ses risques, de la gravité de la maladie contre laquelle il est censé protéger, mais aussi de la fréquence de cette dernière. Selon ces critères, hormis les situations à risque décrites précédemment, une vaccination systématique de tous les enfants contre le pneumocoque ne s'impose pas.
Un enfant souffrant d'otites à répétition ne retirera aucun bénéfice de ce vaccin. 


Référence : Qui aime bien, vaccine peu ! - Edition 2009