www.infovaccins.ch

 

 

 

object759811663

 90 131 large

La maladie

Il s'agit d'une des maladies infectieuses parmi les plus bénignes. Presque tous les enfants contractent cette maladie et sont ainsi immunisés à vie. Pour justifier une vaccination contre cette maladie, il faudrait :

  1. Que le vaccin confère une immunité au moins aussi bonne que la maladie naturelle.

Ce qui n'est pas le cas : les études démontrent une efficacité du vaccin variant entre 56 et 90 % avec une diminution nette de l'immunité après trois ans. Comme après l'introduction d'autres vaccins contre des maladies infantiles, la question des rappels se posera inévitablement.

  1. Que les risques du vaccin soient inférieurs aux risques de la maladie naturelle.

Ce qui n'est pas le cas : les risques de la maladie naturelle étant infimes chez les enfants ne souffrant pas de troubles immunitaires, il n'est pas justifié d'utiliser un vaccin pouvant provoquer : "maux de tête, trouble du sommeil, douleurs musculaires et articulaires, perte d'appétit, raideur de nuque, irritabilité, réactions allergiques…et potentiellement d'autres réactions plus graves" (selon la notice du fabricant).

  1. Que les personnes vaccinées soient en meilleure santé.

Ce qui n'est pas le cas : en 2002, la revue internationale « Vaccine » prédisait : « Avec l'introduction de la vaccination de masse contre la varicelle, on doit s'attendre à une épidémie majeure de zona touchant plus de 50 % des personnes âgées de 10 à 44 ans » (1) . Cette prédiction semble se confirmer au vu des récentes études sur le sujet. Et que répondent les partisans de cette vaccination ? N'ayez crainte braves gens car « une possible épidémie de zona provoquée par la vaccination contre la varicelle peut être contrée en traitant les adultes avec un vaccin contre le zona »  ! (2) .

  1. Que la santé globale de la population soit améliorée.

Ce qui n'est pas le cas : comme nous l'avons déjà vu avec la rougeole, la vaccination des enfants va déplacer l'apparition de cette maladie chez les adultes qui sont alors nettement plus susceptibles de faire des complications.

En conclusion, le vaccin contre la varicelle est non seulement inutile, mais il est même néfaste sur un plan de santé publique.

Références

Point 1:
Journal of infectious Disease, August 1, 2004
NEJM 2002 Dec 12; 347(24): 1909-1915
JAMA 2004 Feb; 291: 851-855
European Journal Vaccine 2003 Oct 1
Point 2:
Package Inserts ( http://whale.to/vaccines.html 
)
Point 3:
1. Vaccine 2002 Jun 7; 20(19-20): 2500-7
2. Citation du Dr Goldman lors d'une communication avec le CDC suite à son article publié dans "The International Journal of Toxicology".